Reçois un cadeau gratuit pour sortir de ta zone de confort en t'inscrivant à la Licorne Letter !
contact@zonemagique.fr

Je ne m’aime pas… Que faire ?

Je ne m’aime pas… Que faire ?

Je ne m'aime pas

Cela nous arrive à tous, de se dire “Je ne m’aime pas“, n’est-ce pas ? Parfois ce sont des phases, parfois c’est constant. Ne pas aimer des choses en nous, ou rien du tout, c’est un mal commun. Manque de confiance en soi, timidité qui nous bloque, physique difficilement assumé, phobie, objectifs non atteints… etc, autant de détails sur lesquels nous nous focalisons, et qui nous plombent le moral.

alone

En plus, les autres paraissent toujours être mieux, et nous sommes persuadés être la seule personne nulle. Nous ne nous rendons pas compte que chacun d’entre nous a des complexes. Ou alors nous en faisons abstraction. Et c’est ainsi que nous évoluons, centrés sur nos prétendues faiblesses, sans pouvoir s’épanouir et en faisant semblant, ou alors, en faisant « avec », une manière de positiver.

Inconsciemment, nous entrons alors dans un cercle vicieux, puisque vient alors la comparaison.  Un cercle qui peut gâcher la vie, la détruire, jusqu’à en avoir, pour certain, des envies de suicide.

En fait, tout ça, j’en parle comme une évidence, car j’en sais quelque chose. Combien de fois me suis-je dit « je suis nulle », je me suis pas sentie à ma place, j’ai cogité et retourné ce sentiment. Et pourtant, aujourd’hui j’ai bien plus confiance en moi. Alors oui, il m’arrive encore de douter, mais ce sont des doutes sains qui me permettent de me remettre en question et faire le point sur moi, mes envies, mes objectifs. En fait c’est mon état d’esprit entier qui a changé.

Comment avoir confiance en soi

Tout d’abord, arrêter de culpabiliser et comprendre pourquoi on se dit “Je ne m’aime pas“. J’ai fait une erreur ? Et alors ? Je ne ressemble pas aux autres ? Et alors ? J’ai commis une maladresse ? Et alors ? En fait, ce fonctionnement qui nous pourri vient bien souvent de notre conditionnement. Il parait que nous avons un besoin primaire d’appartenance. En d’autres termes, ne pas être accepté = je suis éjecté = je suis mort (à l’époque ou la survie était notre quotidien). Or cette équation n’est plus valable, mais ce besoin persiste en nous. Est-ce que l’éducation, les médias y sont pour quelque chose ? Franchement je ne sais pas, je constate.

Pourtant il est grand temps de considérer la différence comme normale. Après tout, nous sommes tous uniques, mais nous l’oublions parfois. Et nous oublions aussi qu’agir différemment ne nous tue pas.  Et ouais, le scoop !

Alors si vous essayiez de faire quelque chose, juste pour vous, peu importe la réaction d’autrui ? Serez-vous jugé ? Oui, mais vous l’êtes même en ne faisant rien. 

Alors zut. Pensez à vous, faites-vous du bien, prenez soin de votre égo. Vous n’en deviendrez pas narcissique pour autant, pas de jugement envers vous-même. 

D’ailleurs ça aussi, arrêtez : la critique c’est fini, envers vous et les autres. C’est une perte de temps et d’énergie, qui a pour seul but de vous décharger de vos pensées négatives, et surtout de votre frustration ou votre jalousie. Parlez moins, agissez plus. Toi qui lis ces lignes, ose !

Je ne m'aime pas, mais ça va changer

Go : un petit pas à la fois, une étape après l’autre, peu importe ton objectif. Commence petit. J’ai commencé la course à pied en faisant 3 fois 3 minutes. Ridicule selon moi. Mais je m’étais dit, « je cours au moins aussi longtemps que la fois d’avant, sinon plus ». Petit à petit, sans faire de grandes foulées. Et bien en 3 mois, en courant 3 fois par semaine, je courais 40 minutes.

J’ai laissé de côté mon jugement, j’ai agis sans laisser mon mental prendre le dessus. Et en étant passé par un début si petit soit-il, j’ai bien intégré que personne ne mérite d’être critiqué : nous faisons tous de notre mieux. Et un peu d’encouragement fait des miracles ! Ça compte pour les autres, et pour moi. Petit à petit, tu verras que la pensée “je ne m’aime pas” te traversera de moins en moins l’esprit !

L’image de soi

Ah oui, ces magazines, ces clips, ces blogs, ces images de femmes refaites, super maquillées par des pros, ou ces situations entièrement créées pour les photos, dont nous savons très bien qu’elles sont retouchées, mais auxquelles nous avons la fâcheuse tendance de nous identifier… Oui la beauté est belle à voir, mais cette beauté lissée n’est pas la vie. 

La vie est belle, magnifique, comme elle est. Même avec ces cuisses qui se touchent, ou ce nez un petit peu de travers. Punaise quoi, parfois il suffit d’un rien pour sublimer une silhouette, une couleur de cheveux, de peau. Il suffit d’être heureux et de rayonner d’un beau sourire. Au lieu de vouloir ressembler à des trucs qui n’existent pas.

 

break

Alors mesdames et messieurs, dorénavant, on se regarde, on s’accepte, on se kiffe comme on est, on apprend à se mettre en valeur (internet regorge de conseils gratuits), et on se lance, vous voulez bien ? Et par-dessus tout, on s’amuse !

Et surtout, prenez conscience que l’image, c’est surfait. Oui prendre soin de soi est important et il est plus positif d’être à son avantage. Mais en fait, c’est souvent une question d’état d’esprit. Un sourire rayonnant vaux bien plus qu’un physique « aux normes ». Vous saisissez ? Ce que vous dégagez se ressent et se voit. Avoir confiance en soi, et être bien avec soi, ça peut s’apprendre. En osant, mais aussi en travaillant sur son regard sur soi. 

Faites appel à un coach si besoin, allez discuter avec un psy pourquoi pas, confrontez-vous aux autres par tout moyen, dans un cercle honnête mais bienveillant comme un groupe sportif ou autre, juste pour vous rendre compte que vous avez votre place, et que vous pouvez vous montrer tel que vous êtes. Et même être apprécié pour cela.

Le kiffe

Ben oui, le but c’est quand même d’être heureux. Petit à petit, en prenant soin de soi, la déprime, le sentiment d’être moins bien s’estompent. Car en fait, prendre soin de soi, c’est se donner sa juste importance dans sa vie. On est bien comme on est avec soi-même, sans besoin d’aller empiéter chez l’autre. En étant bien dans ses baskets, nous pouvons apporter notre aide à notre entourage aussi, nous prenons d’avantages notre place, en laissant les doutes angoissants et bloquants glisser sans nous atteindre autant qu’avant. Mieux : nous en faisons des alliés.

En fait s’aimer, je dirais, c’est notre état naturel, c’est le moins que l’on puisse faire en vers nous-même qui avons gagné la vie. C’est se respecter, et donner toute son importance à nous : l’être qui a l’honneur de fouler la Terre, et de vivre. S’aimer nous permet d’être nous-même et ainsi, de briller de notre être, notre lumière. Chacun de nous a sa place, il n’y a pas à batailler.

Alors oui, parfois, je ne m’aime pas, mais ça aussi, c’est ok. Parce que je suis humaine, que j’ai mes hauts et mes bas. Mais en fait, c’est devenu faux. Ce n’est pas moi que je n’aime pas, ce sont des actes, des facettes de moi. Juste des petits bouts. D’un coup, c’est moi gros, c’est moins écrasant. Et, en y réfléchissant, je me rends compte qu’il n’y a pas d’intérêt à ne pas aimer ces facettes. Elles existent, elles font partie de moi. Elles ont l’importance que je leur donne, mais peuvent exister sans me gêner. Après tout, rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme.

Alors transformons nos moins en plus. Nous en avons tous les ressources. Et pour cela, l’amour et la bienveillance sont la clé.

Prenez soin de vous.

Et l’hypocrisie est loin d’être leur trait de caractère. J’ai décidé qu’aujourd’hui, je n’allais pas laisser le dégoût inspiré par mes démons du passé détruire les belles relations de demain. Merci à mes amis et à mon copain, de faire partie de ma vie.

 

Je ne m'aime pas... Que faire ? #amour #soi #developpementpersonnel
Si cet article t'a plu, partage-le sur Pinterest !
Retrouve-nous sur :
melh

Je m’appelle Mélanie, j’ai 28 ans. Je m’intéresse depuis plusieurs années au développement de soi, bien que j’ai depuis toujours une sensibilité au rapport que l’on a avec soi et les autres. Et cela fait 5 ans que j’agis concrètement, ne me contentant plus uniquement de lire, de réfléchir. Ces années m’ont permises d’avancer et de m’épanouir de plus en plus. Aujourd’hui, je suis plus heureuse, et je souhaite partager, et apporter de la joie dans la vie des gens.

No votes yet.
Please wait...

2 réponses

  1. Ornella dit :

    La perspective du désamour envers soi est la plus courante, surtout dans la société dans laquelle on vit, alors la perfection défendue par les marques et les campagnes qui font leur publicité. Moi-même, j’en fais les frais, mais je me soigne. Je souhaite à tout le monde, de trouver chaque jour de nombreuses raisons d’être fiers d’eux et de croire en eux.

    Rating: 5.0/5. From 1 vote.
    Please wait...
    • Mélanie dit :

      Ton commentaire et tes voeux sont magnifique. Courage à toi, prends soin de toi. C’est vrai, ça passe par des moments pas simples, mais c’est surtout apprendre à s’aimer inconditionnellement. Good vibes à toi 🙂

      No votes yet.
      Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *